Axelle Lemaire.jpg

Axelle Lemaire

Axelle Lemaire exerce les fonctions de Secrétaire d’Etat en charge du numérique et de l’innovation au sein du gouvernement français depuis le 9 avril 2014. Son rôle : accompagner l’essor du numérique pour que les technologies soient au service de l’innovation, de la croissance et de la création d’emplois, dans un climat de confiance et de respect de la vie privée des utilisateurs. Ce poste l’a amené à préparer et porter devant le Parlement la loi pour une République numérique, texte qui vise à renforcer l’économie de la donnée et la transparence de l’action publique, à créer de nouveaux droits pour les usagers sur internet, à rendre le numérique plus accessible à tous. Dans un exercice d’innovation politique inédit, un texte émanant du gouvernement a pour la première fois été soumis à une consultation publique sur une plateforme en ligne qui a recueilli plus de 150 000 votes de la part de plus de 20 000 contributeurs. La loi en a été profondément modifiée, grâce à l’intelligence collective.

Auparavant, Axelle Lemaire avait été élue députée socialiste en juin 2012 pour représenter à l’Assemblée nationale les Français établis en Europe du Nord où elle s’intéresse notamment à la protection des droits fondamentaux et des libertés publiques, la politique européenne, les secteurs du numérique et de l’innovation, l’entrepreneuriat, la régulation bancaire. Sa circonscription inclut dix pays : le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède, la Finlande, le Danemark, la Norvège, l’Islande, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Au Parlement, elle exerçait les fonctions de Secrétaire de la Commission des Lois, et siégeait également à la Commission des affaires européennes.

De nationalité française et canadienne, la secrétaire d’Etat au numérique a grandi au Québec et rejoint la France à l’adolescence. Elle y a suivi des études de lettres modernes (hypokhâgne), puis de sciences politiques (à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris), avant de se spécialiser en droit (licence et maîtrise de droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, DEA et études doctorales de droit international à l’Université d’Assas, Masters à King’s College London). Elle a exercé comme juriste internationale au sein de cabinets d’avocats et d’instituts de recherche universitaire, puis travaillé plusieurs années à la Chambre des Communes comme collaboratrice parlementaire.